Aujourd’hui, nous nous confrontons d’un côté à une augmentation constante de la demande alimentaire à cause de l’accroissement démographique à l’échelle mondiale et, de l’autre, à la diminution des ressources comme les terres arables, l’eau douce, les fertilisants et l’énergie qu’il y a de moins en moins et qui sont de moins en moins renouvelables. La technique de la culture protégée représente la solution idéale pour associer une augmentation des rendements à la qualité et à la durabilité environnementale.

Avec cette technique, l’opérateur peut modifier les facteurs de la production pour créer un environnement et un microclimat idéal pour le développement des cultures agricoles sans être limité par les saisons de production ou bien en cultivant parfois sur des zones restreintes.

Dans les serres, il est possible de modifier la température, la durée et l’intensité du rayonnement solaire, l’humidité de l’air et du sol, qui est de plus en plus souvent remplacé par des substrats d’origines diverses.

Dans ce contexte, le dispositif d’irrigation joue un rôle fondamental puisqu’il doit permettre un ravitaillement hydrique et nutritionnel aux cultures qui vivent dans un milieu artificiel et qui ne disposent pas de sources naturelles.

Le dispositif d’irrigation, ou mieux de fertigation, doit pouvoir distribuer l’eau et les éléments nutritifs dissouts dans l’eau de façon précise et uniforme afin de favoriser la croissance idéale des plantes et d’obtenir les meilleurs rendements productifs. Les dispositifs d’irrigation pour les cultures protégées peuvent avoir la fonction de distribuer la solution nutritive mais aussi de créer le microclimat plus favorable à une culture spécifique. Dans le premier cas, on utilise des systèmes de micro-irrigation goutte-à-goutte alors que dans le deuxième cas, on parle de micro-aspersion ou de nébulisation.

Le système doit être doté de dispositifs qui permettent de réaliser, de contrôler et de modifier en temps réel les valeurs de la solution nutritive en termes de pH et de conductivité électrique (EC). Le système d’irrigation doit être aux bonnes dimensions et doit être conçu pour obtenir une uniformité maximale des productions et on l’utilise, dans de nombreux cas, pour la distribution des produits phytosanitaires qui doit être extrêmement précise.

L’eau et la solution nutritive peuvent être distribuées aussi bien par les conduites goutte-à-goutte que par les goutteurs de type on-line comme l’iDrop. Ce dernier, tout comme le Capillar System, est utilisé dans les cultures hors-sol qui sont à la pointe de la technologie des cultures.